Actualités | Agenda

Soutien au monde culturel : l'accueil des jeunes publics - Propositions de pièces!

Les établissements culturels s’apprêtent à une rentrée chamboulée par les mesures sanitaires. Mais les programmes sont prêts et les idées foisonnent ! L’abpf vous propose de mettre en lumière quelques lieux que nous aimons et qui sont très attentifs à l’accueil des publics scolaires.


Première étape : le Rideau de Bruxelles.


Sophie Jaminon, qui remplaçait durant son congé Laure Nissen, responsable de l’accueil des publics jeunes, nous a parlé de leurs projets de médiation.


ABPF : Pourriez-vous nous suggérer un spectacle de votre programme qui permettrait à un.e ado qui n’a pas l’habitude d’aller au théâtre de découvrir la création contemporaine ?


Sophie Jaminon : Tous les spectacles qui sont proposés dans notre brochure de médiation sont adaptés à la découverte du théâtre contemporain par un.e adolescent.e, mais si je devais pointer un spectacle en particulier, j’aurais envie de proposer à ce.tte jeune de venir voir Muzungu qui sera joué chez nous du 27 octobre au 14 novembre.

Vincent, auteur de la pièce et interprète de son propre rôle, est né au Burundi. Il y a passé les 7 premières années de sa vie avant d’être déraciné brutalement. À partir de vieux films de son enfance retrouvés dans la cave de la maison familiale, il raconte. Il explore devant nous la mémoire familiale, pétrie de mille images, odeurs, sensations, anecdotes savoureuses. Pétrie aussi des contradictions propres à un Muzungu (homme blanc) d’Afrique, qui s’interroge sur ses racines et son héritage.

Je pense que c’est un spectacle qui peut embarquer facilement les jeunes grâce à son caractère autobiographique. En effet, le comédien nous livre avec toute sa générosité son histoire personnelle, comme pourrait le faire notre oncle, notre père. Au travers de son histoire, il fait certainement écho à nos histoires. Il ouvre aussi la réflexion sur cet héritage commun de la période coloniale : ce qu’il a de fantasmé, de sombre, de questionnant.

C’est l’occasion pour les jeunes de découvrir une création théâtrale contemporaine, de découvrir comment l’image projetée peut être utilisée en scène, de faire l’expérience de l’adresse au public, des symboles qui évoquent et convoquent un autre temps, un autre espace…

 

ABPF : Vous proposez toute une série de médiations originales. Un exemple à nous faire découvrir ?


SJ : Nous avons le plaisir d’accueillir à nouveau un spectacle qui avait donné lieu à un super projet de médiation lors de sa création en 2016 en partenariat avec l’asbl IThAC (Initiatives-théâtre-Ados-Créations). Il s’agit du spectacle Loin de Linden. À l’origine de ce spectacle, il y a une démarche artistique que nous trouvons particulièrement inspirante.

À 17 ans, Véronika Mabardi a demandé à sa grand-mère de lui raconter sa vie. Elle a enregistré sa parole, puis a réitéré l’expérience 15 ans plus tard avec sa deuxième grand-mère. Ayant porté longtemps leurs paroles sans savoir ce qu’elle allait en faire, c’est finalement la pièce Loin de Linden qui est née de la confrontation de ces deux paroles par le travail d’écriture théâtrale.

C’est ce même processus que nous proposons aux élèves accompagné.e.s de leur enseignant.e d’expérimenter, c’est-à-dire partir de la récolte de témoignages d’ancien.ne.s pour ensuite les faire se rencontrer et être racontés grâce à l’écriture théâtrale et au jeu. Pour cela, les classes sont suivies par des artistes avec lesquelles elles tissent un lien privilégié. L’intérêt pour les jeunes est de découvrir le monde du théâtre par la pratique, en vivant et en comprenant les différentes étapes qui peuvent jalonner une création artistique.

Plus concrètement, une fois, inscrites, les classes embarquent dans un processus de minimum 8 séances d’atelier (d’écriture et de jeu) qui se déploieront autour de la diffusion de Loin de Linden.


ABPF : Et, difficile d’y échapper : comment allez-vous adapter votre travail de médiation à cette drôle de rentrée?


SJ : Les spectacles que nous avons programmés, les animations scolaires que nous avons imaginées, nous n’avons aucune idée si nous pourrons les voir se concrétiser tels que nous les présentons dans nos brochures de saison et de médiation. Cependant, plus que jamais, nous avons hâte de retrouver les élèves et les enseignant.e.s et les accompagner dans leur rentrée scolaire avec de chouettes projets culturels.

Le travail de médiation s’adaptera au jour le jour en fonction des nouvelles mesures et surtout en fonction des échanges que nous aurons avec les enseignant.e.s. Nous allons donc renforcer la communication entre le théâtre et les écoles pour s’adapter au mieux aux situations des classes. Certainement qu’il y aura moins d’animations sur le site-même du théâtre et que les écoles seront des endroits privilégiés pour que les artistes puissent rencontrer et échanger avec les adolescent.e.s.

Flexibilité et imagination seront donc de mise pour s’adapter à chaque nouvelle situation tout en conservant cette convivialité qui nous tient tellement à cœur. De notre côté, nous nous engageons à accueillir les classes uniquement dans des conditions sanitaires garantissant leur sécurité, à tenir les enseignant.e.s informé.e.s des changements qui interviendraient dans la programmation et à leur offrir un maximum de souplesse en termes de modifications de dates de réservation et de remboursement en cas de report ou d’annulation.


Pour une info personnalisée : educatif@rideaudebruxelles.be




 Pour plus d'info, consultez

Suivez-nous sur

abpf sur Facebook